Depuis un quart de siècle, les ThinkPad n'ont de cesse de changer le monde
< Revenir à la grille

Comment une ingénieure utilise la pensée scientifique à des fins de libération personnelle

Pour beaucoup, le monde de la chimie, de la biologie et de l’ingénierie est associé à des gens portant des blouses blanches qui s’affairent silencieusement dans des laboratoires stériles et un peu froids.

Pour Kendra Krueger, ces images ne sauraient être plus éloignées de la réalité !

Mme Krueger est ingénieure, enseignante, organisatrice communautaire, et sa conception de la science comporte autant de ramifications que les plantes qu’elle étudie. Elle pense qu’il y a de nombreuses manières de répondre aux questions et d’explorer l’univers, des sciences dures à l’art et à la justice sociale.

Son organisation, 4Love + Science, est un programme d’enseignement scientifique financé par les dons qu’elle a fondé à Denver pour aider les gens à découvrir différentes manières d’appréhender le monde.

« Je considère vraiment mon travail comme de la science intersectionnelle », explique Mme Krueger. « L’aspect central est d’apprendre à connaître simultanément le monde extérieur et notre monde intérieur : notre esprit, nos émotions et l’expérience artistique que constitue le fait d’être humain. »

Ayant grandi à New York avec des parents artistes, Mme Krueger a fini par prendre une direction qu’elle pensait être radicalement différente. Après avoir décroché une licence et un master en génie électrique, elle a travaillé dans des laboratoires de nanofabrication. Mais au bout de quelques temps, elle a commencé à s’interroger : en quoi cette technologie aide-t-elle les gens ?

La science peut être une force incroyablement puissante pour faire le bien, a-t-elle pensé. En plus de nous aider à comprendre les choses merveilleuses qui composent l’univers, elle fournit un cadre pour la pensée elle-même. La méthode scientifique peut être appliquée à toutes sortes de questions, y concernant ce que cela signifie d’être en vie.

Pour les gens qui n’ont pas bénéficié dans leur vie de cette exploration scientifique du monde, ce procédé d’analyse peut aussi être une véritable force de libération.

Mme Krueger décide donc en 2014 de quitter son travail, et commence à bâtir le programme intersectionnel qui donnera naissance à 4Love + Science. Aujourd’hui, elle anime des formations, des ateliers et des programmes de recherche et d’enseignement couvrant une grande variété de disciplines. Qu’elle s’intéresse à la permaculture ou la méditation de pleine conscience, son travail intègre des manières intuitives et analytiques de penser pour guider les gens dans ce processus de découverte.

« Il ne faut pas avoir peur d’édulcorer la science en la rendant plus émotionnelle ou plus personnelle. En réalité, elle devient même encore plus précieuse », explique-t-elle.

L’une de ses initiatives est un programme parascolaire qui permet aux enfants d’apprendre différents concepts scientifiques en se laissant guider par leur propre curiosité plutôt que par un programme prédéfini. Chaque classe est un « espace d’exploration » dans lequel les élèves peuvent lire des textes sur les chakras (nos « centres d’énergie spirituelle ») et examiner des fossiles au microscope au cours du même après-midi.

Cet espace donne aux élèves l’opportunité d’explorer leur univers physique et leur univers spirituel en utilisant différentes bases de connaissances, pas seulement les canons scientifiques eurocentriques qui dominent l’éducation américaine.

« Ces canons ont de la valeur pour nous, mais il y en a tant d’autres qui ont été oubliés ou discrédités », explique-t-elle, en insistant sur le fait que découvrir l’héritage scientifique de leurs différents ancêtres est particulièrement important pour les membres des communautés marginalisées.

Comme utiliser la science à des fins d’autolibération est une démarche qui prend toute une vie, Mme Krueger apporte aussi son aide à des communautés d’adultes et intergénérationnelles dans le cadre des cours, conférences et ateliers qu’elle organise dans tout le pays.

Elle s’est récemment rendue à Philadelphie avec son père pour travailler avec un collectif afrofuturiste dans le cadre d’un atelier de deux jours intitulé « Time Camp » qui s’est intéressé aux relations alternatives que l’on peut avoir avec le temps, aux cadres temporels et à la matière noire. Son père, artiste et réalisateur de films, a parlé des mécanismes artistiques autour de l’image ainsi que des histoires de traumatisme dans la culture noire.

« J’ai associé à cela des histoires scientifiques sur la matière noire et l’énergie sombre. L’une est expansive et l’autre compressive. « J’ai établi des liens et des analogies entre ses histoires et mes histoires scientifiques », précise Mme Krueger. « D’une certaine manière, une bonne partie de tout cela est du « storytelling ». Comment peut-on voir la science comme une nouvelle source d’inspiration pour faire du storytelling, pour informer nos vies ? »

Dans un autre atelier à l’Université de Stanford, elle a animé une discussion de groupe sur les points d’intersection entre la physique quantique, la thermodynamique, et les questions de genre, de race et d’identité.

« La particule et l’onde présentent des analogies avec la manière dont nous envisageons notre identité : des aspects solides et d’autres plus amorphes, et la manière dont nous faisons la transition entre ces choses dans des espaces différents », explique Mme Krueger.

Cela fait plus d’une décennie que le ThinkPad fait partie intégrante des outils qu’utilise Mme Krueger dans le cadre de ses travaux. Elle a commencé par en utiliser un en tant qu’étudiante à l’Institut polytechnique Rensselaer. « J’ai adoré son accessibilité et je n’ai pas changé depuis. »

Mme Krueger précise qu’elle apprécie particulièrement sa robustesse et sa puissance de traitement, que ce soit entre les mains d’un étudiant impatient ou exposé aux intempéries dans un jardin communautaire. Ses étudiants et elle l’utilisent « comme un outil permettant d’explorer les myriades d’informations qui existent dans le monde et sur Internet. »

Mme Krueger a récemment quitté Denver pour rentrer à New York, où elle continue à faire des cours sur la permaculture, le design régénératif et la durabilité écologique, en comblant le fossé pédagogique pour une science durable en concert avec la justice sociale.

Son ambition est de créer un institut de recherche qui fusionne les approches analytiques et intuitives, « en combinant des choses comme la physique quantique, la thermodynamique, la biochimie, la méditation, la musique et la danse avec l’électronique, les technologies numériques et la lutte contre toutes les formes d’oppression. Tout peut se faire en même temps. »

Selon Mme Krueger, avec la science intersectionnelle, on peut abattre les systèmes d’injustice et améliorer grandement notre capacité à appréhender le monde.

« Les systèmes d’oppression nous disent que nous n’avons aucun pouvoir et que nous ne sommes pas capables de prendre des décisions par nous-mêmes », insiste Mme Krueger. « La meilleure manière de se libérer, c’est de reprendre le contrôle sur la connaissance, la capacité à appréhender le monde, la science et l’apprentissage pour en faire des outils à notre service. En fin de compte, c’est le plus grand outil de libération qui est à notre disposition. »

Processeurs Intel® Core™ Intel Inside®. Pour une productivité exceptionnelle.

Ça n’est pas un portable… C’est un ThinkPad !

Pour en savoir plus sur les ThinkPad et découvrir les tout derniers ordinateurs de bureau et tablettes, visitez le site Lenovo.com.

Ultrabook, Celeron, Celeron Inside, Core Inside, Intel, le logo Intel, Intel Atom, Intel Atom Inside, Intel Core, Intel Inside, le logo Intel Inside, Intel vPro, Itanium, Itanium Inside, Pentium, Pentium Inside, vPro Inside, Xeon, Xeon Phi et Xeon Inside sont des marques commerciales d'Intel Corporation ou de ses filiales aux États-Unis et/ou dans d'autres pays.