Depuis un quart de siècle, les ThinkPad n'ont de cesse de changer le monde
< Revenir à la grille

Utiliser les drones pour sauver les espèces sauvages en danger

La population de la faune sauvage diminue à rythme alarmant dans le monde entier. Selon l’Indice Planète Vivante, les populations de vertébrés (amphibiens, oiseaux, poissons, mammifères et reptiles) ont diminué de 58 {000a095ff30648076f0f4b30b787038af3c769807fe229295054097d29c9e084} entre 1970 et 2012. D’ici 2020, les populations de ces espèces pourraient encore diminuer de 67 {000a095ff30648076f0f4b30b787038af3c769807fe229295054097d29c9e084}.

En tant qu’êtres humains, notre existence dépend étroitement de la diversité des espèces qui peuplent la planète. La faune sauvage ne constitue pas seulement une source de nourriture, elle contribue à la bonne santé de l’écosystème tout entier : propreté de l’eau, température de l’air, richesse du sol, et bien d’autres choses. Sans faune sauvage, les humains ne peuvent absolument pas vivre de manière durable. Protéger ces espèces est crucial pour avoir la résilience nécessaire pour résister aux chocs futurs.

Diverses organisations dans le monde mènent une action décisive pour protéger l’a nature, mais Conservation Drones se distingue tout particulièrement : elle fabrique des drones et promeut leur utilisation pour des applications de protection de la biodiversité dans des pays tels que la Malaisie, Madagascar, le Chili et le Groenland.

En 2011, Lian Pin Koh, professeur et directeur du département d’écologie appliquée et de protection de l’environnement de l’Université d’Adélaïde (Australie-Méridionale), et Serge Wich, professeur de biologie des primates à l’Université de Liverpool John Moores (Royaume-Uni), se sont rencontrés et ont discuté des défis auxquels ils étaient confrontés dans les travaux qu’ils menaient en Asie du Sud-Est. « Il nous est apparu clairement que nous étions en train de perdre la bataille de la protection des espèces auxquelles nous nous intéressons dans la région, en particulier l’orang-outang », explique M. Koh.

Quand M. Koh et M. Wich se sont rencontrés, les drones n’étaient encore qu’une technologie émergente. Il existait peu de modèles bon marché qui pouvaient être utilisés pour les applications liées à la recherche et à la protection de la nature. Mais, pour deux écologistes, rien n’inspire plus l’esprit d’innovation que la protection de l’environnement !

Amateur à titre personnel d’avions radiocommandés, M. Koh a alors suggéré à M. Wich d’utiliser ces appareils pour prendre des photos de la forêt tropicale afin d’essayer de repérer les orangs-outangs et leurs nids depuis les airs. « Cela était censé nous aider à faire diminuer le temps et l’argent nécessaires pour étudier et surveiller ces animaux dans la nature », explique-t-il. Avec un financement de la National Geographic Society, ils ont construit un prototype de drone spécifiquement pensé pour la protection de l’environnement : un avion contrôlé à distance, avec un système d’autopilote et des caméras fixées sur le fuselage.

Le premier vol d’essai du prototype dans l’île indonésienne de Sumatra en 2012 a été couronné de succès. MM. Koh et Wich sont parvenus à capturer des images et des vidéos des forêts tropicales sur lesquelles ils travaillaient depuis des années. « C’était la première fois que nous voyions nos forêts tropicales depuis le ciel », souligne M. Koh. « Nous avons immédiatement vu tout le potentiel de cette technologie, pas seulement pour protéger les orangs-outangs, mais aussi pour étudier et protéger d’autres espèces dans d’autres endroits du monde. »

Cette réussite mena à la naissance de ConservationDrones.org, un site Web créé par MM. Koh et Wich pour partager leurs connaissances avec tous ceux qui veulent utiliser des drones dans leurs propres applications de recherche et de protection de l’environnement. En 2013, ConservationDrones.org est devenu officiellement une organisation à but non lucratif ayant pour objet d’apporter cette technologie aux autres acteurs de la protection de l’environnement partout dans le monde.

Dans le cadre de leur travail pour cette organisation, MM. Koh et Wich ont apporté cette technologie aux pays qui en avaient le plus besoin. Ils ont construit des drones à voilure fixe et multirotors, en intégrant différents types de caméras et de capteurs, selon les applications requises par les organisations partenaires. L’un de leurs tout premiers projets a consisté à utiliser des drones à voilure fixe pour patrouiller à la recherche d’éventuels braconniers dans les parcs nationaux de Bardiya et de Chitwan, au Népal. Un autre projet a consisté à utiliser des drones pour patrouiller au-dessus de récifs et d’autres zones marines protégées au Bélize, en Amérique centrale, pour rechercher des activités de pêche illégales.

Pour leur programme de recherche à l’Université d’Adélaïde, M. Koh et son équipe de 17 employés et étudiants utilisent des drones pour compter le nombre d’oiseaux qui nichent dans les grosses colonies. « Traditionnellement, les écologistes utilisent des jumelles et se tiennent à distance des colonies pour estimer le nombre d’oiseaux. Mais dans les grosses colonies, où il y a des dizaines de milliers d’oiseaux, il est impossible d’obtenir un comptage précis », explique M. Koh.

L’un des doctorants de l’équipe de M. Koh a développé une méthode spéciale pour faire voler les drones au-dessus des colonies et les prendre en photo. Les données capturées sont ensuite transmises à un logiciel de reconnaissance optique qui compte les oiseaux automatiquement. M. Koh souligne que le traitement des données des drones nécessite une puissance de traitement élevée, et c’est ce que leur apporte le ThinkPad. « Le traitement des données des drones est gourmand en ressources graphiques et nécessite un ordinateur assez puissant pour produire des cartes et des modèles en trois dimensions des paysages », poursuit-il. « Mon groupe dispose de trois ThinkPad T440s que nous utilisons pour traiter les données des drones. Ces portables sont vraiment performants, et ils nous fournissent assez de puissance pour traiter nos données. »

Le groupe de M. Koh utilise aussi des ThinkPad pour faire voler les drones sur le terrain. Leur travail consiste principalement à programmer des missions sur le portable et à les transférer sur les drones, qui volent ensuite de manière autonome en suivant une route prédéterminée. « Le ThinkPad résiste très bien sur le terrain », souligne M. Koh. « Il a une conception simple mais robuste, et il peut supporter des conditions environnementales très difficiles. »

M. Koh et son équipe travaillent aussi avec le département de l’Environnement, de l’Eau et des Ressources naturelles d’Australie-Méridionale sur l’utilisation de drones équipés de caméras thermiques pour repérer et compter les koalas dans les arbres. Cet organisme d’État prévoit d’utiliser des drones pour améliorer ses capacités de suivi et développer ainsi de meilleurs plans de gestion pour maintenir le juste équilibre entre les koalas et la végétation dont ils dépendent. Par ailleurs, en tant que directeur de l’URAF (Unmanned Research Aircraft Facility), une structure de l’université constituée autour des drones dédiés à la recherche, M. Koh apporte son soutien aux autres chercheurs dans l’utilisation des drones pour leurs propres travaux. Ils ont aussi établi des partenariats avec des acteurs du secteur de l’agriculture pour cartographier précisément les fermes afin d’aider les exploitants à mieux gérer leurs terres.

« J’ai envie de continuer à aider les autres chercheurs à utiliser les drones plus effectivement », poursuit M. Koh en pensant à l’avenir. Avec la généralisation de l’utilisation de la technologie des drones, les possibilités sont infinies, allant bien au-delà de la protection de l’environnement et de la préservation des forêts et de la vie sauvage.

Processeurs Intel® Core™ Intel Inside®. Pour une productivité exceptionnelle.

Ça n’est pas un portable… C’est un ThinkPad !

Pour en savoir plus sur les ThinkPad et découvrir les tout derniers ordinateurs de bureau et tablettes, visitez le site Lenovo.com.

Ultrabook, Celeron, Celeron Inside, Core Inside, Intel, le logo Intel, Intel Atom, Intel Atom Inside, Intel Core, Intel Inside, le logo Intel Inside, Intel vPro, Itanium, Itanium Inside, Pentium, Pentium Inside, vPro Inside, Xeon, Xeon Phi et Xeon Inside sont des marques commerciales d'Intel Corporation ou de ses filiales aux États-Unis et/ou dans d'autres pays.